L'Empire Milahax Index du Forum L'Empire Milahax
L'union peut être la force qui préserve de la peur. La peur peut être la force qui préserve l'union.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Je ne suis pas médecin...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Empire Milahax Index du Forum -> HRP -> Kawan
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dr. Phagos Pathox


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juil 2007
Messages: 12

MessagePosté le: Lun 9 Juil 2007 - 20:53    Sujet du message: Je ne suis pas médecin... Répondre en citant

TRIPES (GUTS)

Par Chuck Palahniuk (Issu du recueil Haunted)
Traduit de l’anglais par Patrick Baud

Inspirez.

Prenez autant d’air que vous pouvez.

Cette histoire devrait durer à peu près aussi longtemps que vous pouvez
retenir votre souffle, et continuer encore un peu. Alors lisez aussi vite
que possible.

Quand il avait 13 ans, un ami à moi entendit parler du "pegging". C’est
quand un mec se fait mettre un gode dans le fion. La rumeur dit que si vous
stimulez la prostate assez fort, vous pouvez avoir des orgasmes explosifs
sans les mains. A cet age la, ce pote était un petit maniaque sexuel. Il
cherchait toujours une meilleure façon de cracher son jus. Il sort donc
s’acheter une carotte et de la vaseline. Pour mener une petite expérience
privée. Ensuite, il réalise le tableau que ça va donner à la caisse, cette
carotte avec un pot de vaseline en train d’avancer sur le tapis roulant.
Tous les clients de la queue en train de le fixer. Tous témoins de la grande
soirée qu’il se prépare.

Alors, mon pote, il achète du lait, des oeufs, du sucre et une carotte, tous
les ingrédients pour un gâteau à la carotte. Et de la vaseline.

Comme s’il rentrait chez lui se mettre un gâteau à la carotte dans le cul.

A la maison, il taille la carotte avec un couteau. Il la badigeonne de
lubrifiant et se la carre dans le trou de balle. Et là, rien. Pas d’orgasme.
Rien ne se passe, sauf que ça fait mal.

Ensuite, ce gosse, sa mère lui crie que c’est l’heure de dîner. Elle lui dit
de descendre, tout de suite.

Il retire la carotte et cache la chose immonde et visqueuse dans le linge
sale sous son lit.

Apres dîner, il va chercher la carotte. Et elle n’est plus la. Pendant qu’il
mangeait, sa mère est venue ramasser toutes ses fringues sales pour faire
une machine. Impossible qu’elle n’ait pas trouvé la carotte, soigneusement
taillée avec un de ses couteaux de cuisine, encore luisante et nauséabonde.

Ce pote à moi, il reste des mois sous un gros nuage noir et menaçant,
attendant que ses parents lui en parlent. Et ils ne le font jamais. Jamais.
Même maintenant qu’il est adulte, cette carotte invisible est suspendue au
dessus de chaque repas de Noël, chaque anniversaire. A la moindre réunion de
famille, cette carotte fantôme flotte au dessus de leurs têtes.

Cette chose trop horrible pour être mentionnée.

En France ils ont une expression: "avoir l’esprit d’escalier." C’est quand
vous trouvez quelque chose à dire, mais trop tard. Par exemple vous êtes
dans une soirée et quelqu’un vous insulte. Vous devez dire quelque chose.
Mais sous la pression, avec tous les regards dans votre direction, vous
sortez une réplique minable. Et au moment ou vous quittez la soirée...

Vous commencez à descendre l’escalier, et comme par magie, vous trouvez la
phrase parfaite. La répartie de la mort.

C’est l’esprit d’escalier.

Le problème, c’est que même les français n’ont pas d’expression pour les
trucs stupides qu’on dit justement sous la pression. Ces trucs ridicules et
désespérés qu’on dit, ou qu’on fait.

Certains actes sont trop pitoyables pour mériter ne serait ce qu’un nom.
Trop minables meme pour qu’on en parle.

Avec du recul, les experts en psychologie infantile et les conseillers
scolaires disent aujourd’hui que la plupart des suicides d’adolescents sont
en fait dus à des gosses qui essaient de s’étouffer pendant qu’ils se
branlent. Leurs parents les retrouvent avec une serviette nouée autour du
cou, attachés à la penderie de leur chambre, morts. Du sperme mort de
partout. Bien sur, les parents nettoient. Ils mettent un pantalon à leur
gosse. Ils essaient de rendre ça plus...présentable. Ou du moins
intentionnel. La configuration classique d’un triste suicide d’adolescent.

Un autre pote à moi, un gamin de l’école, son grand frère qui est dans la
marine lui avait expliqué comment les mecs du moyen orient se branlent
différemment de chez nous. Ce frère était affecté dans un pays à chameaux ou
on pouvait trouver une sorte d’ouvre lettre fantaisie sur les marchés.
L’objet en question était juste une fine baguette en laiton ou en argent
poli, peut être aussi longue que votre main, avec un gros bout a une des
extrémités, comme une grosse boule en métal ou un manche décoré façon sabre.
Ce frère marin donc lui avait expliqué comment les arabes s’insèrent cette
tige de métal dans toute la longueur de la bite. Ils éjaculent avec la tige
à l’intérieur, et ça rend le truc encore meilleur. Plus intense.

C’est ce grand frère qui voyage autour du monde, et qui envoie des
expressions françaises. Des expressions russes. Des astuces de branlette.

Apres ça, un jour, le gosse ne se présente pas à l’école. Il m’appelle le
soir même, et me demande de lui noter les devoirs à faire pour les deux
prochaines semaines. Parce qu’il est à l’hôpital.

Il doit partager une chambre avec des vieux qui souffrent des intestins. Il
dit qu’ils doivent tous partager la même télévision. La seule forme
d’intimité qu’il a c’est un rideau. Ses parents ne viennent pas le voir. Au
téléphone il me dit qu’à ce moment précis, ses parents voudraient d’ailleurs
tuer son grand frère marin.

Au téléphone, le gosse raconte que le jour d’avant, il était juste un peu
défoncé. Peinard dans sa chambre, il était affalé sur son lit. Il avait
allumé une bougie et feuilletait de vieux magazines porno, prêt à se tirer
sur le poireau. C’était après qu’il ait entendu l’histoire du grand frère.
Cette astucieuse technique de branlette arabe. Le gosse cherche donc autour
de lui quelque chose qui pourrait faire l’affaire. Un stylo bille ? Trop
gros. Un crayon? Trop gros, et trop rugueux. Mais au pied de la bougie, il y
a un morceau de cire fin et lisse qui pourrait fonctionner. Du bout du
doigt, ce gosse arrache le long morceau de cire de la bougie. Il le fait
rouler entre ses mains jusqu’a ce qu’il soit le plus long, le plus fin et le
plus lisse possible.

Défoncé et excité a la fois, il le fait glisser de plus en plus profondément
dans son urètre. Avec un bon morceau de cire toujours visible à l’extérieur,
il se met au boulot.

A ce moment la, il se dit encore que les arabes sont vraiment malins. Ils
ont totalement réinventé la branlette. Couché sur le dos, les choses se
passent tellement bien que ce gosse ne s’occupe pas de savoir ce que devient
la cire. Il est sur le point de lâcher la purée quand il s’aperçoit que
l’extrémité visible de la tige a disparu.

La fine tige de cire a glissé à l’intérieur. Tout au fond. Si profond qu’il
ne la sent même plus à l’intérieur de son urètre.

D’en bas, sa mère lui crie que c’est l’heure de dîner. Elle lui dit de
descendre, tout de suite. Le gosse à la cire et le gosse à la carotte sont
deux personnes différentes, mais on a tous à peu près la même vie.

C’est après dîner que les entrailles du gosse commencent à lui faire mal. Il
s’était imaginé que la cire fondrait et qu’il finirait par la pisser.
Maintenant son dos le fait souffrir. Ses reins. Il ne peut plus se tenir
debout.

Comme le gosse téléphone depuis son lit d’hôpital, derrière lui on entend
des sonnettes tinter, des gens crier. Et des jeux télé.

Les rayons X montrent la vérité crue, quelque chose de long et fin plié en
deux dans sa vessie. Ce V long et fin a l’intérieur de lui collecte tous les
minéraux dans son urine. Il grossit et devient rugueux, couvert de cristaux
de calcium. Il se déplace et abîme la fine surface de sa vessie, empêchant
sa pisse de sortir. Ses reins sont saturés. Le peu de choses qui parvient à
filtrer de sa queue est rouge sang.

Le gosse est là avec toute sa famille qui regarde les radios aux cotés du
docteur et des infirmières, avec ce V phosphorescent qui semble les narguer,
et il doit leur dire la vérité. La façon dont les arabes se branlent. Ce que
son grand frère marin lui a raconté.

Au téléphone, à ce moment précis, il se met à pleurer.

Ils ont payé l’opération de sa vessie avec l’argent de ses études. Une
erreur stupide, et maintenant il ne deviendrait jamais avocat.

S’enfoncer quelque chose à l’intérieur. S’enfoncer à l’intérieur de quelque
chose. Une bougie dans la bite ou la tête dans un noeud coulant, on savait
que ça finirait mal.

Ce qui a mal fini pour moi, je l’appelle la “chasse au perles”. Ca veut dire
se branler sous l’eau, assis au fond de la piscine de mes parents. Je
prenais une grande inspiration, j’allais me caler au fond de l’eau et
j’enlevais mon maillot. Je restais assis la pendant deux, trois, voire
quatre minutes.

Rien qu’avec la masturbation, j’avais développé une grande capacité
pulmonaire. Si j’étais seul à la maison, je le faisais toute l’après midi.
Quand j’avais balancé la sauce, mon sperme restait la, suspendu en grosses
gouttes laiteuses.

Ensuite je plongeais a nouveau, pour tout récupérer. Puis je balançais le
fruit de ma collecte sur une serviette. C’est pour ça que ça s’appelait la
“chasse aux perles”. Même avec le chlore, il fallait que je pense à ma
soeur. Ou, encore pire, à ma mère.

A l’époque, c’était ma peur la plus terrible: j’imaginais ma sœur
adolescente et vierge croire qu’elle prenait juste du poids, avant de donner
naissance à un bébé débile a deux têtes. Chacune des têtes me ressemblant à
moi, le père Et l’oncle.

A la fin, ce n’est jamais ce que vous craignez qui vous arrive.

La meilleure partie de la chasse aux perles, c’était le trou d’évacuation
pour la pompe de la piscine. Oui, la meilleure partie, c’était se foutre a
poil et s’asseoir dessus.

Comme diraient les français: Qui n’aime pas se faire sucer le cul?

L’espace d’un instant, vous êtes juste un gamin qui se branle, et le moment
d’après, vous ne deviendrez jamais avocat.

L’espace d’un instant, je m’installe au fond de la piscine, et le ciel bleu
clair ondule au dessus de ma tête à travers 4 mètres d’eau. Excepté les
battements de mon coeur, le monde est silencieux. Mon maillot à rayures
jaunes est autour de mon cou, par mesure de sécurité, au cas ou un ami, un
voisin, ou n’importe qui d’autre viendrait me demander pourquoi j’ai raté
l’entraînement de foot aujourd’hui. La succion régulière du drain me lape et
je frotte mon cul maigrelet pour amplifier la sensation.

L’espace d’un instant, la bite en main, j’ai assez d’air. Mes parents sont
au boulot et ma soeur a cours de danse. Personne ne sera de retour avant des
heures.

Ma main s’active presque jusqu’au point de non retour, et j’arrête. Je
remonte a la surface prendre une grande bouffée d’air. Puis je replonge et
me cale au fond.

Je fais ça encore et encore.

C’est sûrement pour ça que les filles veulent s’asseoir sur votre visage.
Cette succion donne l’impression de chier à l’infini. En train de me faire
bouffer le cul avec la queue dressée, je n’ai pas besoin d’air. Les
battements de mon coeur dans les oreilles, je reste sous l’eau jusqu’a ce
que des petite étoiles commencent a fourmiller autour de mes yeux. Mes
jambes étendues au maximum, le dessous de mes genoux est plaqué au béton.
Mes orteils deviennent bleus, et mes doigts commencent à se friper à force
de rester dans l’eau.

Et puis d’un coup je laisse venir. Les grosses goutte blanches se mettent a
jaillir. Les perles.

C’est la que j’ai besoin d’air. Mais quand j’essaie de prendre appui sur le
fond pour remonter, je n’y arrive pas. Je ne peux pas mettre mes pieds sous
moi. Mon cul est collé.

Les services d’urgence vous diront que chaque année, environ 150 personnes
restent collées de cette façon, aspirées par un drain d’évacuation. Laissez
vos cheveux se faire prendre, où votre cul, et vous êtes bon pour la noyade.
Chaque année, des tonnes de personnes le font. La plupart en Floride.

Les gens ne parlent jamais de ça. Même les français ne parlent pas de tout.

Je lève un genou, je replie un pied, j’arrive à me mettre à moitié debout
quand je sens la traction contre mon cul. Je replie mon autre pied et
j’essaie de prendre appui contre le fond en donnant des coups. Je réussis à
me libérer, mais si je ne touche plus le béton, je n’arrive pas pour autant
à la surface.

Je bats des bras et des jambes comme un malade, je suis peut être a mi
chemin de la surface mais pas moyen d’aller plus haut. Dans ma tête, les
battements de coeur se font de plus en plus violents, de plus en plus
rapides.

Des petites étoiles lumineuses plein mon champ de vision, je me retourne et
regarde… mais quelque chose n’est pas normal. Du trou d’évacuation sort une
fine corde, comme une sorte de serpent blanc-bleu zébré de veines, et elle
s’accroche à mon cul. Certaines veines perdent du sang, un sang qui parait
noir sous l’eau et qui vient de petites déchirures dans la peau blanchâtre
du serpent. Le sang s’écoule doucement, disparaît dans l’eau, et sous la
fine peau blanc-bleu du serpent on peut voir des morceaux de nourriture à
moitié digérés.

C’est la seule explication possible. Un horrible monstre marin, un serpent
de mer, quelque chose qui n’avait jamais vu la lumière du jour s’était caché
la, dans les abysses du trou d’évacuation, attendant de pouvoir me manger.

Alors, je lui fous des coups de pieds, dans sa peau veineuse, glissante et
caoutchouteuse, et on dirait qu’il en sort d’avantage du drain. C’est peut
être aussi long que ma jambe maintenant, mais ça s’accroche toujours aussi
fermement à mon trou du cul. Avec un autre battement de pied, je gagne trois
centimètres vers l’oxygène. Toujours retenu par le serpent, je suis 3
centimètres plus près de mon évasion.

A l’intérieur du serpent, on peut voir du maïs et des cacahuètes. On peut
voir une petite bille orange clair. C’est le genre de vitamines pour cheval
que mon père me donne pour me faire prendre du poids. Pour que je rentre
dans l’équipe de l’école. Riches en fer et en acides oméga 3 bien gras.

C'est voir cette pilule de vitamines qui me sauve la vie.

Ce n’est pas un serpent. C’est mon gros intestin, mon colon qui s’arrache
littéralement. Ce que les docteurs appellent un prolapsus C’est mes tripes
aspirées dans le drain.

Les services d’urgence vous diront qu’une pompe de piscine filtre 250 litres
d’eau à chaque minute. Ça fait environ 200 kg de pression. Le gros problème
c’est que dans votre corps, tout est connecté. Votre cul n’est jamais que
l’autre extrémité de votre bouche. Si je me laisse aller, la pompe déroulera
mes entrailles jusqu’a ce qu’elle ait ma langue. Imaginez vous en train de
lâcher une pêche de 200kg, et vous aurez une idée de la sensation.

Ce que je peux vous dire, c’est que vos tripes ne ressentent pas trop la
douleur. Pas comme votre peau la ressent. Ce que vous digérez, les docteurs
l’appellent matière fécale. Au dessus c’est le chyme, des poches de liquide
dégueulasse farcies de maïs, de cacahuètes et de petit pois.

C’est toute cette soupe composée de sang, de maïs, de merde, de sperme et de
cacahuètes qui flotte autour de moi. Même avec les tripes en train de me
sortir du cul, la première chose que je veux faire est de remettre mon
maillot.

Pas question que mes parents voient ma bite.

D’une main je retiens mes intestins, et de l’autre j’essaie donc de
récupérer le maillot à rayures jaunes autour de mon cou. Mais pas moyen de
rentrer dedans.

Si vous voulez savoir ce que ça fait de toucher vos entrailles, allez
acheter une boite de ces capotes en peau d’agneau. Prenez en une et déroulez
la. Remplissez la de beurre de cacahuète. Enduisez la de vaseline et tenez
la sous l’eau. Ensuite, essayez de la déchirer. Essayez de la plier en deux.
C’est trop dur, trop caoutchouteux. C’est tellement visqueux qu’on ne peut
pas la garder en main.

Une capote en peau de mouton, c’est du bon vieil intestin.

Vous comprenez ce que je dois endurer.

Vous vous relâchez une seconde, et vous êtes étripé.

Vous nagez vers la surface, pour respirer, et vous êtes étripé.

Vous ne nagez pas, et vous vous noyez.

C’est un choix entre mourir tout de suite ou mourir dans une minute.

Ce que mes parents vont trouver en revenant du boulot, c’est un gros fétus
nu et recroquevillé sur lui même. En train de flotter dans l’eau trouble de
leur piscine. Attaché au fond par une fine corde de veines et de tripes
mêlées. L’exact opposé d’un gosse pendu à cause d’un accident de branlette.
C’est le bébé qu’ils ont ramené de l’hôpital voila 13 ans. Voila le gosse
qu’ils espéraient voir devenir footballeur et diplômé. Un gosse qui
s’occuperait d’eux dans leurs vieux jours. Voila tous leurs espoirs et tous
leurs rêves. En train de flotter, nu et mort. De grosses perles laiteuses de
sperme gâché tout autour de lui.

Ou alors peut être qu’ils me trouveront enroulé dans une serviette
sanglante, gisant à mi chemin du téléphone de la cuisine, les tripes
déchirées encore pendantes de mon maillot à rayures jaunes.

Même les français ne parlent pas de ça.

Ce grand frère dans la marine, il nous avait appris une autre expression
sympa. Une expression russe. De la même façon qu’on dit “j’ai autant besoin
de ça que d’un trou dans la tête”, les russes disent "j’ai autant besoin de
ça que de dents au trou du cul".


Mne eto nado kak zuby v zadnitse.
On dit que certains animaux pris dans des pièges se rongent la patte, et
n’importe coyote vous dira que quelques morsures peuvent vous sauver la mise

Putain… même si vous êtes russe, un jour vous pourriez vraiment avoir besoin
de ces dents.

Autrement, ce que vous devez faire, c’est vous plier en deux. Vous passez un
coude sous votre genou, et vous tirez la jambe vers votre tête. Puis vous
rongez votre propre cul. Vous manquez d’air, et vous seriez prêt à mordre
n’importe quoi pour respirer encore une fois.

C’est pas le genre de truc qu’on raconte a une fille pour un premier rendez
vous. Pas si on veut avoir un bisou.

Si je vous disais le goût que ça avait, vous ne mangeriez jamais plus de
calamar.

Je ne sais pas ce qui a le plus dégoûté mes parents: comment je me suis mis
dans le pétrin, ou comment je m'en suis sorti. Apres l’hôpital, ma mère m’a
dit: "Tu ne savais pas ce que tu faisais mon chéri. Tu étais en état de
choc." Puis elle a apprit à faire des oeufs pochés.

Tous ces gens dégoûtés ou qui se sentent désolés pour moi….

J’ai autant besoin de ça que de dents au trou du cul.

Aujourd’hui, on me dit toujours que je suis trop maigre. Dans les repas, les
gens font la gueule quand je ne mange pas le rôti qu’ils ont préparé. Mais
le rôti me tue. Le jambon aussi. Tout ce qui reste dans mes intestins plus
de quelques heures ressort intact. Haricots verts ou thon en morceaux, je
les retrouverais toujours tels quels dans les toilettes.

Apres une sérieuse réduction des boyaux, on ne digère plus la viande aussi
bien. La plupart d’entre vous a environ 2 mètres de gros intestin. J’ai de
la chance d’avoir mes 13 centimètres. Alors je n’ai jamais été pris dans
l’équipe de foot. Je n’ai pas été reçu dans une grande école. Mes deux
potes, le gosse a la carotte et le gosse a la cire, ils ont grandi, ils ont
pris du poids, mais moi je n’ai jamais pesé un gramme de plus que quand
j’avais 13 ans.

Un autre gros problème c’est que mes parents ont dépensé pas mal d’argent
pour cette piscine. A la fin, mon père a dit au réparateur que c’était un
chien. Le chien de la famille était tombé et il s’était noyé. Le cadavre
s’était fait aspirer par la pompe. Même quand le réparateur a ouvert le
filtre et qu’il y a trouvé un morceau d’intestin avec une pilule de vitamine
orange encore à l’intérieur, mon père a juste dit : "Ce chien était barge".

Depuis la fenêtre de ma chambre, on pouvait entendre mon père dire : “On a
jamais pu laisser ce chien seul plus d’une seconde”.

Puis ma soeur a eu du retard dans ses règles.

Même après avoir changé l’eau de la piscine, même après avoir vendu la
maison et déménagé dans un autre état, et même après l’avortement de ma
soeur, mes parents n’ont jamais plus mentionné cette histoire.

Jamais.

C’est notre carotte invisible.

Vous. Maintenant, vous pouvez respirer un grand coup.

Je ne l’ai toujours pas fait.

Fin


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 9 Juil 2007 - 20:53    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Empire Milahax Index du Forum -> HRP -> Kawan Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
BlackAndWhite style created by feather injuTraduction par : phpBB-fr.com